Bestioles indésirables...
Trucs étranges...
nuisibles ou envahisseurs..

Il n'y a pas que des poissons dans nos bacs, il y a toute une faune diverse qu'on a pas introduite volontairement mais qui s'est invitée et qui se cache.
Les plantes portent des œufs et parfois des larves, certains insectes et des escargots, arrivent avec les pierres, le sable et les racines du décor.

Au cours de l'été, en distribuant de la nourriture vivante prélevée à la campagne ou élevée dans des bidons à l'air libre il arrive régulièrement que l'on introduise dans nos bacs diverses bestioles plus ou moins désirables, et dont il est parfois difficile de se débarrasser.
Il peut s'agir d'escargots, de vers aquatiques, de petits arthropodes et divers crustacés, de sangsues, de planaires, de larves de libellule, de larve de dytique, d'hydres…

Beaucoup de ces petits bêtes sont peu visibles, certaines que l'on peut découvrir à l'œil nu mais bon nombre qui sont plus intéressantes sous une bonne loupe ou un petit microscope.

Il peut s'agir de sangsues,
de planaires
de larves de libellule,
de larve de dytique,
de vers
d'hydres.
de moisissures
de bactéries....


Toute une vie microscopique profite de se développer dans le filtre et dans le sable, on peut trouver divers rotifères, des Philodina, et des Brachiorus moins d'1mm, ainsi que des Phanoceros fimbriatus grands d'1 à 2mm.
Encore plus petit, il y a des dinoflagellés comme les Gymnodinium, des vorticelles , des amibes de l'espèce Vapyrella, et Chaos diffluens, qui se nourrissent de déchets dans le filtre. L'aquarium héberge encore des paramécies et divers flagellés comme les Phacus. On trouve fréquemment des infusoires, des protozoaires, parmi les Ciliés des Péritrichidés…


Parmi les invertébrés les moins visibles figurent plusieurs crustacés, notamment les Amphipodes, les Arthropodes et les Ostracodes, ainsi que les vers plats ( planaires ) et les mites d'eau. Les invertébrés aquatiques présentent des comportements alimentaires très variés, on y trouve des détritivores et des filtreurs, des herbivores et des prédateurs, qui se nourrissent d'autres invertébrés ou même d'alevins.

Parmi les Amphipodes

certaines espèces du genre Hyalella

sont présentes en eau douce

Les Arthropodes aquatiques sont représentés par trois classes,Crustacés, Insectes et Hydracariens.
Les Ostracodes sont tout à fait inoffensifs, ce sont des détritivores qui restent sur le fond ; Les Collembolles, petits Arthropodes mesurant 1-3 mm qui sautillent à la surface du bac. il y a plus de 6 000 espèces réparties en 20 familles dans le monde. Les collemboles sont de petits insectes parfaitement inoffensifs, dépourvus d'ailes, blancs, orange ou bruns, parfois noirs ou rouges… qui se nourrissent de déchets végétaux

Daphnie Cyclop Vers rouges
gammare ostracode

Des quantités de petites crevettes d'eau douce, des Cyclope, daphnie, gammare, triops, alonella, mysis parmi les milliers d'espèces de ces crustacés, dont 800 vivent en eau douce.
La puce d'eau mesurent de 2 à 5 mm selon l'espèce, Daphnie pulex, D. cucullata, D. hyalina, D. longispina, sont des minuscules crustacés qui nagent par mouvements saccadés, en battant des antennes. Elle appartient à la sous-classe des Branchiopodes et au sous-ordre des Cladocères, un groupe cosmopolite dulçaquicole qui compte environ 400 espèces. La puce d'eau se nourrit de phytoplancton et de détritus.

Photos tirée de cette page www.aqualiment. , site qui vend des souches de nourritures vivantes.

Les vers blancs

Il y a plusieurs sortes de petit vers ! Les plus fréquents sont ceux qui ressemblent à une mini limace blanche et qui mesurent entre 1 et 5 mm . Ils rampent très rapidement

D'autres autres vers plus long et finc comme des cheveux , qui mesurent environ 1 cm

des vers longs et minces, 2 à 3 cm blanchâtres ou roses, qu'on voit se promener sur les vitres ou le décor.

ils se cachent souvent dans le sol et montent parfois près de la surface s'il y a des dépôts d'algues ou de saletés
( accumulation de reste de nourriture, paillettes...)

certainement des Stylaria lacustris..

Ces 2 sortes apparaissent très souvent lors de la mise en eau d'un nouvel aquarium. On les voit sur les vitres ou parfois sur le décor, ils fuient la lumière et vont très vite se cacher dans le sable dès l'allumage des tubes néons. Dès qu'on introduit des poissons dans le bac, ces vers sont rapidement dévorés On trouve aussi parfois des petits vers qui sont des asticots, les larves des moucherons et que les poissons mangent avec délice....

On peut découvrir de nombreux vers, dont des Stylaria, où les individus vivent en colonie et forment des chaînes qui peuvent atteindre 3 cm , ce sont d'excellent nageurs qui se déplacent de manière sinueuse. On voit aussi des petits vers annelés de 5mm, des Aeolosoma variegatum, qui nagent en pleine eau ou se tortillent sur les vitres. Ils fuient la lumière et vivent dans le sable. Ils rampent très rapidement. Dans les plantes flottantes vivent parfois des petits vers qui sont des asticots, les larves de moucherons.

Des Lumbriculus variegatus, de longs vers aquatiques rouges, de 3 à 5 cm vivent dans le sol, dans la vase et les sédiments ou dans la boue du fond des filtres peu rincés et sont généralement introduits avec les éléments du décor.
Dès qu'on introduit des poissons, tous ces vers sont rapidement dévorés


Des petites bestioles d'environ un demi millimètre qu'on voit sur les vitres

ça ressemble à des petits vers

Il s'agit de ciliés, des protozoaires du même type que les paramécies

Ils sont sensibles à l a température, à environ 28°C ils disparaissent mais pour réapparaitre aussitôt quand la température redescend !

vu au microscope


Les moisissures

Il arrive lors de la mise en route d'un bac qu'on introduise une racine ou une souche qui se recouvre très rapidement d'une sorte de couche de gélatine blanchâtre, de moisissures ou de mousse. Ceci n'est pas bien grave... on peut retirer le bois pour le frotter et le rincer plus soigneusement ou attendre l'introduction des premiers poissons qui s'en nourriront.

moisissures diverses
moisissures sur une racine

Un truc étrange , qui a fait parler du lui sur divers forums avant d'être identifié!

Une algue, un champigon , une moisissure?

Ca se déplace lentement , de façon autonome et pas seulement porté par le courant... et ça prolifère rapidement

C'est un protozoaire qui se déplace pour trouver sa nourriture , mi-champignon, mi-plasmode unicellulaire; On parle parfois d'amibes collectives.

Une sorte de "champignon" inférieur, qui est parfois aquatique, et mobile à un moment de son développement.

C'est absolument inoffensif pour l'aquarium.... mais pour s'en débarasser on peut employer un anti-fongique contenant du cuivre, mais Attention ça tuera aussi les invertébrés du bac...

Plasmodium : Physarum polycephalum

Plasmodium

Connu sous le nom de Myxomycètes, ils ont à la fois des caractéres végétaux et animaux
Dans sa phase de croissance, Physarum ressemble à une amibe géante voraces qui se déploie comme un éventail, enveloppant tout sur son passage, et capable de digérer ce qu'il rencontre :bactéries, spores et matière organique en décomposition.

Voir cette page http://waynesword.palomar.edu/slime1.htm pour d'autres photos et des information biologiques.

et la page de Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Myxomycète

d'autres photos plus grandes. ici

Le nom myxomycète est formé de « myxo » qui signifie gélatineux, gluant et « mycète » dont la racine myc- signifie champignon (une dénomination plus judicieuse serait celle d'amibes collectives).
Ce nom de « myxo » fait référence à la formation du plasmode, un de leurs stades de développement, caractérisé par une masse gélatineuse.
Cette masse correspond à une seule cellule non segmentée, dans laquelle baignent de nombreux noyaux.
Ce plasmode n'est pas enfermé dans une paroi rigide ; il peut donc être animé de mouvements convulsifs et se déplacer (quelques cm par heure).
Cette forme se développe en fonction des conditions climatiques favorables. Quand les conditions sont défavorables, le plasmode se rétracte et peut se replier dans les anfractuosités de son substrat.
Le plasmode se nourrit de bactéries...Les myxomycètes se rencontrent sur différents substrats toujours végétaux : bois morts, litière de feuilles et brindilles, compost, mousses...

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Myxomycètes


Sangsues
une femelle avec

des oeufs

Les sangsues font partie de la même famille que les vers de terre, les annélides. Elles sont souvent introduites dans l'aquarium avec des cailloux, du bois, des plantes ou du sable prélevés dans la nature. La pêche aux daphnies ou aux gammares risque aussi d'en ramener. Quand les sangsues sont petites elles sont difficiles à repérer dans un bout de bois ou sur des roches. Quand elles atteignent leur taille adulte de 4-5 cm pour les espèces les plus courantes dans nos mares et rivières, par contre on les voit bien ! Elles se fixent sur les poissons et les saignent . Ils maigrissent , pâlissent et finalement en meurent. Les blessures ont l'apparence de petits trous ronds, rouges ou blancs. Certaines espèces s'en prennent aussi aux planorbes et aux petits escargots du bac.

Les sangsues sont aussi souvent les vecteurs de maladies bactériennes.

Pour les repérer il faut observer l'aquarium pendant la nuit avec une lampe de poche et retirer toutes celles qu'on aperçoit. Les sangsues ont une nage particulière et ondulante. On peut aussi les voir ramper sur le décor un peu comme une chenille.

La plupart des traitements à base de sel par exemple ne tuent que les adultes et pas les oeufs. Les oeufs sont ovales, de couleur brun foncé, et collés en grappe au pied des plantes ou dans les fissures des cailloux. Les produits efficaces sont aussi toxiques pour les poissons. Attention donc lors des traitements qu'il faut renouveler après 3-4 semaines pour tuer les nouvelles générations. Elles sont sensibles au levamisole , et meurent aux doses de traitement pour vermifuger des discus. Le Levamisole est un vermifuge à usage vétérianire .

Dès qu'elles ont atteint leur taille adulte (certaines espèces peuvent dépasser les 10cm! ), les sangsues peuvent attaquer les poissons adultes. Elles se fixent sur le corps des poissons, sur la peau, voire sur les branchies et les affaiblissent en se nourrissant de leur sang et les rendant vulnérables aux maladies. Se nourrissant du sang des animaux aquatiques en général, leur capacité à absorber le sang est énorme et elles peuvent multiplier leur volume de 20 à 50 fois !

2 sangsues, peut-être Helobdella europaea


Les planaires.

Il s'agit de petits vers plats, de la classe des Turbellariés, généralement nécrophages, de couleur blanc-beiges, jaunâtres ou marron clair, qui mesurent de2 à 10 mm et se déplacent en rampant .Les planaires se déplacent lentement sur les feuilles et les pierres. Ils glissent sur le décor, comme des limaces, contrairement aux sangsues qui avancent par à coups, comme des chenilles. Ils sont introduit en même temps que les plantes et que les décors prélevés dans la nature et mal lavés.

Les planaires peuvent tuer les alevins et détruire les oeufs, mais ne s'en prennent pas à des poissons adultes. Ils s'adaptent à divers type d'eau et prolifèrent très rapidement s'ils trouvent assez à manger. Les Planaires se reproduisent par reproduction sexuée et sont hermaphrodites.

De nombreux poissons les mangent volontiers comme les Gourami, les Combattants, les Pelvicachromis pulcher, les Epalzeo siamensis, les Dario dario. Une élévation de la température à 34 degrés pendant 2- 3 jours les tue aussi radicalement.. Les planaires ne vivent qu'en eaux très propres, généralement froides .

Aux amateurs de crevettes !

Les planaires, souvent considérés comme inoffenssifs, sont en fait des prédateurs hors pairs pour les crevettes.
C'est ce que révèle une étude allemande de A. Karge.

Les planaires sont capables, si elles sont en grand nombre, de faire disparaître une crevette adulte. Mais ceci reste très rare.
En revanche, les planaires arrivent à manger les jeunes crevettes. En effet, le mouvement très lent du vers ne fait pas peur à la crevette, qui laisse le vers plus petit qu'elle "se coller". Ensuite, le planaire mange la crevette qui meurt. Le cadavre disparaît très rapidement, avec l'aide d'autres planaires.
De plus, le planaire est capable de coller ses oeufs contre une crevette adulte. Lorsque les petits naissent, ils s'en vont sous le ventre de la crevette, la rongent de l'intérieur, ne laissant que l'exuvie, trop dure pour les jeunes planaires.

Un traitement efficace serait le Fluvermal, qu'on trouve en France et en Allemagne. L'équivalent en Suisse est le Vermox. Dosage : une pastille pour 30L d'eau.. Attention il est nocif pour les escargots et tue aussi les jeunes crevettes....
Le Flubenol est aussi un bon produit contre les planaires.
A acheter en gel, en seringue graduée. 1 gramme de flubenol mélangé à 20 ml d'eau, bien faire dissoudre, 0,5 ml de ce produit pour 10 l d'eau, à renouveler au bout de 4 jours

source: http://www.crevettes.ch/

http://www2.ecol.ucl.ac.be/
l

La tête triangulaire est typique...

plus d'infos sur les planaires ici http://www.geocities.com/


Les hydres

.

http://www.ulb.ac.be/

L'hydre est un petit polype d'eau douce qui ressemble à petite brindille blanchâtre de 1 à 2 cm, qui se termine par 6 à 10 tentacules. Introduites elles aussi par l'apport de plantes ou bois ou nourriture vivante prélevés dans la nature. Les hydres se collent contre un support, sur une plante ou un élément du décor. Elles sont recouvertes de cellules urticantes et irritent les poissons qui s'y frottent. On les repère quand elles se fixent sur les vitres, sinon elles sont difficiles à voir car presque transparents. Elles sont carnivores et se nourrissent en capturant les petites proies qui passent à proximité de leurs tentacules: elles mangent ainsi les alevins mais ne sont pas dangereuses pour des poissons de plus grande taille .

Si le bac leur convient elles s'y multiplient très vite Elles peuvent se reproduire par scissiparité c'est à dire se couper en 2 ou 3 morceaux qui se régénèrent rapidement et donnent naissance à 2 ou 3 nouveaux individus.

Pour s'en débarrasser pas besoin de produits chimiques : une hausse de la température à 36 degrés pendant 6 heures suffit généralement à les tuer. Il est prudent de retirer les poissons avant de monter le chauffage... L'emploi de sel : 0.4% pendant une semaine les détruit aussi mais les plantes n'apprécient généralement pas trop cette concentration...

La méthode la plus simple et la plus naturelle pour s'en débarrasser est l'introduction de poissons prédateur: un Trichogaster Trichopterus ou un Macropodus opercularis les dévoreront rapidement.

Sinon, il est aussi possible de retirer tous les poissons du bac pendant quelques semaines les Hydres, qui sont carnivores, mourront de faim..


Les larves d'insectes

Larves de libellule

la même en + grand

Cette larve est prédateur qui vit dans les étangs et se nourrit de têtards, de minuscules vers rouges et d’autres larves. Elles est assez grande mesure 3 à 6 cm,et possède six pattes . Elle reste à l’état de larve pendant 1 à 3 ans et mue pour grandir et changer d'enveloppe. Elle porte un masque constitué par la lèvre inférieure et terminé par deux crochets qui permettent d'agriper les proies. La larve de libellule respire dans l'eau grâce à des branchies

D'autres photos de larves de libellules

Larves de dytiques

http://fauneetflore.haplosciences.com/

http://www.educ-envir.org

Le Dytique
L’adulte et la larve sont de redoutables carnassiers. La larve, grande carnivore, va tout d'abord injecter une salive toxique et digestivequi liquéfie son corps, avant d'aspirer le contenu de sa victime avec ses puissantes mandibules. La larve du dytique est très vorace, elle s’attaque aux autres larves, aux têtards et même aux tritons.

le Dytique chasse et tue des proies souvent bien plus grosses que lui ! Il n'hésite pas à s'attaquer aux têtards ou aux tritons, parfois même à des poissons comme les épinoches ou les jeunes perches ou à tout poissons de notre aquarium.. Il attaque tout près des ouïes, là où ils sont le plus fragiles !

http://www.lesinsectesduquebec.com/

http://www.fnh.org/


retour page d'accueil